09 août 2006

Serge Loupien a encore frappé

Après ses articles radioactifs sur Keith Jarret et Dee dee Bridgewater, voici ce qu'il écrit sur Jamie Cullum :

Difficile de ne pas adhérer à la musique «totale» proposée par un personnage si authentique. Une musique tellement insolite, riche et variée qu'elle échappe à toute classification, mais annonce des lendemains réjouissants. «J'ai vu le futur du rock'n roll», déclara un jour le critique Jon Landau, après avoir assisté à un concert de Bruce Springsteen. Lundi soir, les Marciacais auraient-ils aperçu le futur du jazz ?

On lui dit ?
Ca m'étonne toujours ce manque de proportions, de raison chez les amateurs de jazz qui fait qu'au final ils passent pour des hystériques névrosés élitistes. Et qu'au final on confond de la pop à crooner très sympa avec du jazz.

2 Comments:

Blogger Manuel Marchès said...

Trés pertinent.

13:15  
Blogger Manuel Marchès said...

Trés pertinent. Il semble en effet que le monde du jazz dont je fais partie soit atteint par certains syndrômes inquiétant comme cette démesure par exemple. Probablement une névrose en effet. Quid du conformisme maladif de ce milieu?

13:39  

Publier un commentaire

<< Home